La politique exige enfin une meilleure protection des personnes queer sur le web

De nombreuses personnes ont déjà fait l'expérience que les choses ne sont pas toujours agréables sur Internet. Entre autres, de nombreux queers sont exposés à ce que l'on appelle le discours haineux sur les réseaux sociaux. Un coup d'œil sur les statistiques montre que cela n'a pas changé ces derniers temps. Bien au contraire. Les chiffres augmentent et de nombreuses actions de discours haineux ne sont pas signalées.

Le harcèlement sur Internet est également un sujet politique. Si l'on en croit certains politiques, les victimes doivent désormais être mieux protégées. Mais comment ?

L'un des principaux problèmes est que de nombreuses personnes pensent encore (malheureusement) qu'Internet est une sorte de "zone de non-droit" où chacun peut dire ou écrire ce qu'il veut. Il est même souvent plus facile pour l'auteur de prendre le clavier que de dire les mots en face.

Les politiques demandent plus de protection

Le gouvernement fédéral s'en mêle

La haine en ligne, entre autres contre les queers, est depuis longtemps un sujet de préoccupation. Le discours haineux est par conséquent (et dans la mesure du possible) surveillé de près. Le gouvernement fédéral s'est à présent exprimé sur ce sujet. Il met en garde contre le fait que différents groupes ont tenté d'influencer les jeunes Allemands avec leurs opinions.

Le but : attiser la haine. Aussi bien envers le gouvernement qu'envers les autres, comme les queers. Souvent, ceux qui tentent d'exciter les autres contre les minorités sont des islamistes. Il n'est pas certain que ces derniers s'identifient toujours comme tels.

La haine et l'incitation au discours haineux semblent toujours trouver un terrain particulièrement fertile lorsqu'un événement politique ou social a déjà contribué à enflammer l'atmosphère. Ainsi, divers événements sont utilisés pour créer une atmosphère "Nous contre eux ! pour créer une atmosphère de "nous".

ÉGALEMENT INTÉRESSANT :
Lil Nas X à l'assaut des charts

Les queers doivent être mieux protégés

Les queers et autres minorités, qui sont particulièrement souvent victimes de discours haineux sur Internet, doivent être mieux protégés à l'avenir. Entre autres parce que l'on constate régulièrement que les menaces de violence sur le net ne sont pas "suffisantes". (... et même celles-ci sont bien entendu déjà suffisamment graves).

Entre-temps, la ministre fédérale de la famille, Lisa Paus, s'est déjà exprimée à ce sujet. Elle a souligné que les extrémistes essayaient toujours d'emballer leur propagande de la manière la plus attrayante possible afin d'atteindre le plus grand nombre possible de jeunes. Et même si les messages que les expéditeurs diffusent dans le monde semblent parfois "inoffensifs", ils reflètent en fin de compte une "vision du monde hostile à l'homme". Le problème : de nombreuses personnes ont du mal à évaluer la portée de ces messages. C'est pourquoi il faudrait avant tout des compétences en matière d'information et de médias pour veiller à ce que moins de haine et d'incitation soient diffusées sur Internet.

Le ministère fédéral de la Famille s'est donné pour mission de soutenir non seulement le projet "Hass im Netz", mais aussi d'autres projets et initiatives visant à contrer cette évolution.

En même temps, il est bien sûr aussi important que les exploitants de chaînes qui découvrent des posts haineux les suppriment rapidement et, si nécessaire, bloquent les utilisateurs concernés.

Comment réagir aux posts haineux ?

Celui qui est confronté à un post haineux devrait dans un premier temps le signaler. Ainsi, non seulement l'exploitant de la chaîne concernée, mais aussi l'exploitant de la plate-forme seront informés de "l'incident".

Parallèlement, il est bien sûr toujours possible de dénoncer un message haineux à la police. En effet, même sur Internet, on peut être amené à rendre des comptes pour ses actes. Dans ce contexte, la police encourage toujours les victimes de posts haineux à ne pas se cacher et à veiller au contraire à ce que les auteurs puissent être amenés à rendre des comptes en portant plainte.

ÉGALEMENT INTÉRESSANT :
Faux-pas géant dans "Gefragt - gejagt" (interrogé - chassé)

Savais-tu qu'il est de plus en plus facile de rechercher des gays en ligne ?

One response to "Les politiques demandent plus de protection"

Leave a Reply