L'Église catholique veut protéger davantage les employés queer

Sur la base d'un nouveau droit du travail, les droits de nombreux collaborateurs queer de l'Eglise catholique devraient être mieux protégés. Il sera par exemple interdit de licencier une personne en raison de son orientation sexuelle. Il y a toutefois un petit bémol : les personnes transsexuelles ne sont pas soumises à cette protection.

Mais que signifie la modification du "règlement de base du service ecclésiastique", telle qu'elle a été récemment adoptée par l'Association des diocèses d'Allemagne ? Et à qui cela profite-t-il exactement ?

L'Église catholique protège ses employés

La diversité comme enrichissement

Selon une déclaration officielle de la Conférence épiscopale allemande, la diversité qui prévaut désormais dans les institutions ecclésiastiques est reconnue comme un "enrichissement". Cela signifie que les employés peuvent représenter l'Eglise sans distinction de tâches, d'origine, de religion ou d'identité sexuelle, entre autres.

Il y a néanmoins une condition pour travailler dans l'Église : une "attitude de base positive et une ouverture au message de l'Évangile".

Le fait que le droit du travail au sein de l'Église catholique ait été réformé de cette manière est le résultat d'efforts intensifs. La question de savoir si et comment les employés queer pourraient être mieux protégés à l'avenir a fait l'objet de discussions depuis longtemps.

Les directives en vigueur jusqu'à présent ont souvent été une raison pour laquelle les croyants queer ont d'emblée décidé de ne pas travailler pour l'Eglise catholique. En effet, les personnes qui se mariaient avec leur partenaire de même sexe risquaient de perdre leur emploi. (Il en allait de même pour les personnes qui divorçaient pour se remarier ensuite).

L'Eglise catholique souhaite maintenant s'ouvrir aux personnes queer, dans la mesure où celles-ci sont autorisées à être officiellement au service de l'Eglise. Mais il y a malheureusement une restriction. En effet, les personnes trans ne bénéficient pas de la nouvelle protection (du travail). Un "détail" que beaucoup critiquent.

ÉGALEMENT INTÉRESSANT :
Un agriculteur bisexuel dans "Bauer sucht Frau

Qu'est-ce qui s'applique aux personnes trans sur la base des nouvelles dispositions ?

Au vu des nouvelles dispositions, il est frappant de constater qu'il est certes question d'identité sexuelle, mais pas d'identité de genre. L'accent est plutôt mis sur l'égalité entre les femmes et les hommes qui travaillent au service de l'Eglise.

Et c'est justement ce qui dérange déjà de nombreux queers. Ils estiment que les nouveautés ne vont pas assez loin et qu'il faudrait encore y remédier.

Après tout, les nouvelles dispositions se basent toujours sur deux sexes. Il n'est donc pas clair si les personnes trans sont également concernées par les nouvelles dispositions anti-discrimination. Devront-elles continuer à craindre pour leur emploi au sein de l'Église catholique ? Ou sont-elles couvertes par les nouvelles dispositions au même titre que les autres queers et la formulation a-t-elle simplement été mal rédigée ?

Il semble maintenant particulièrement important de se serrer les coudes en tant que membres de la communauté queer et - comme c'est souvent le cas - de se soutenir mutuellement.

De nombreuses personnes se sont mobilisées pour modifier le droit du travail

Le fait que le droit du travail de l'Église catholique ait été modifié en tenant compte d'un grand groupe d'employés queer n'est pas un hasard, mais le résultat d'un travail acharné. Au printemps 2022, bien plus de 100.000 personnes ont signé une pétition demandant un changement de mentalité au sein de l'Eglise catholique en ce qui concerne les employés queers.

L'action #outinchurch, en particulier, a réussi à faire prendre conscience aux personnes qui ne s'étaient pas encore penchées sur le sujet qu'il existe de nombreux queers qui peuvent et souhaitent combiner foi et identité personnelle.

C'était alors la première fois que des croyants et des collaborateurs queer de l'Eglise se faisaient entendre de cette manière et assuraient une plus grande visibilité. Ils ont notamment montré qu'il était tout à fait possible d'aimer des personnes de même sexe ET d'être au service de l'Église.

ÉGALEMENT INTÉRESSANT :
Décès d'Elza Soares

 

Pendant que nous y sommes, il y aura bientôt aussi le "mariage pour tous" ecclésiastique en Suisse

Leave a Reply